Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles Isolation thermique Construction extension bois Aménagement de combles
11 rue du tour de ville 60130 AVRECHY AVRECHY

Comment bien choisir son parquet en bois ?

Le parquet est un plancher très agréable dans une maison car c'est un revêtement esthétique, chaleureux, sain et durable aux qualités isolantes thermiques et acoustiques reconnues.

Le parquet existe en différente qualité, en plusieurs essences de bois et dans différentes teintes. Il peut être posé de 3 manières. CLB vous explique quel parquet choisir sans vous tromper.

Qu'est-ce qu'un parquet ?

Un parquet est un revêtement de sol en bois se présentant sous forme de lames à assembler pour former un planchet. Il en existe 3 types : le parquet en bois massif, le parquet contrecollé et le stratifié.

Le parquet en bois massif :

Le parquet 100% bois résiste parfaitement à l'usure et traverse les années sans souci. C'est un plancher "vivant" qui se dilate et se rétracte avec la température et l'hygrométrie de la pièce où il est posé. Il est donc essentiel de bien choisir l'essence du bois du parquet selon son emplacement dans la maison et son usage.
Ce type de parquet en bois massif doit au préalable être protégé, généralement poncé puis huilé, ciré ou vitrifié. On peut également trouver du parquet massif déjà traité (effet vieilli ou teinté...) prêt à poser.

Le parquet contrecollé :

Les lames de parquet contrecollé se composent de trois couches : La couche supérieure d'au moins 2,5 mm d'épaisseur, dite couche d'usure, est faite d'une essence de bois noble qui donne au parquet son bel aspect. Les deux couches suivantes sont fabriquées avec des dérivés de bois.
Les parquets contrecollés, souvent vitrifiés en usine, sont très résistants et faciles d'entretien. Leur fabrication industrielle offre un grand choix de styles et de bois. Ce type de parquet résiste mieux à l'humidité que le parquet massif.

Le stratifié :

Communément appelé parquet stratifié, le revêtement stratifié est constitué d'un imprimé imitation bois recouvert d'une couche de résine collé sur un support aggloméré ou medium. Ce n'est donc pas un parquet. La qualité de l'imitation bois et la diversité des motifs confèrent à la lame un aspect irrégulier proche de la réalité.
Le stratifié offre une grande liberté de styles et de couleurs, et ne nécessite aucun traitement après la pose.
C'est un revêtement économique, rapide à poser, facile d'entretien, et possédant une bonne caractéristique phonique d'où son succès auprès des propriétaires mais il est cependant peu résistant à l'usure et ne peut être rénové.

 

Quelles sont les techniques de pose du parquet ?

Les techniques de pose dépendent du type de parquet, mais aussi de l'état et de la nature du support :

Le parquet collé : une pose économique

Les lames de parquet sont directement collées sur le sol (une chape fine de ciment, des panneaux de contreplaqué ou une dalle béton, carrelage, marbre, vieux parquet, pierre, ...). Poser un parquet collé est une technique fréquente pour les planchers massifs minces ou contrecollés car elle présente de nombreux avantages :

Le parquet collé reste plan et facilite les multiples ponçages du parquet au fil du temps. Les bruits de pas et de chocs sont très atténués sur un parquet collé, et supprime l'impression de parquet mobile

Dans le cas d'un sol chauffant, c'est la technique recommandée pour assurer le meilleur rendement du chauffage. De plus la dilatation du bois due aux variations hygrométriques accentuée par le chauffage par le sol est réduite avec un parquet collé.

 

Le parquet flottant : une pose rapide

Dans la pose flottante, les lames sont assemblées entre elles (soit collées au niveau des rainures, soit "clipsées") puis déposées sur une sous-couche sans collage au sol. La sous-couche est obligatoire pour l'isolation acoustique du parquet. Elle est souvent en mousse ou en liège. En rénovation, la pose d'un parquet flottant peut se réaliser sur une moquette rase, un sol stratifié ou du carrelage.

La technique de pose flottante est donc très simple, rapide et silencieuse à mettre en oeuvre mais ne permet pas la création de motifs avec les lames qui doivent être assemblées droites.

 

Le parquet cloué : une pose traditionnelle

La pose de parquet cloué est la technique de pose traditionnelle des parquets en bois massif de plus de 20 mm d'épaisseur. C'est de loin la plus résistante et durable dans le temps. Les lames de parquet sont clouées sur des tasseaux appelés lambourdes, elles-mêmes vissées au sol ou flottantes. Mais cette technique de pose rend le parquet plus sonore que lorsqu'il est collé. Il est donc essentiel de prévoir une bonne isolation acoustique et thermique sur toute la hauteur des tasseaux. La ouate de cellulose est l'isolant idéal sous les parquets pour ses hautes performances d'isolation thermique et acoustique.

Ce type de pose est plutôt à réaliser lors d'une construction neuve. En rénovation, il est important de recalculer la hauteur des portes avec la surélévation du sol d'environ 5 cm, voire de prévoir de casser une partie de la chape. 


Comment choisir le bois pour son parquet ?

Les parquets proposent un vaste choix de bois : acajou, châtaigner, chêne, érable, sapin, épicéa, teck, merisier, noyer, hêtre, jarrah, wengé, bambou ... que l'on choisira pour l'aspect esthétique, le prix, l'usage et l'emplacement du parquet et le type de pose choisi.

La dureté du bois :

La dureté du bois est un critère à prendre en compte selon l'usage du parquet et la fréquence de passage. On distingue 4 catégories de dureté du bois. Pour une chambre, toutes les essences sont adaptées mais pour un usage fréquent, dans un couloir par exemple, des lames de parquets plus épaisses faites dans un bois dur seront plus résistantes.

Voici quelques exemples d'essences par catégorie :

  • Essences de bois tendres : pin, sapin, épicéa, aulne, ...
  • Essences de bois mi-durs : noyer, teck, bouleau, merisier, ...
  • Essences de bois durs : chêne, frêne, orme, hêtre, érable, ...
  • Essences de bois très durs : wengé, merbau, ...

 

Sa résistance à l'humidité : parquet pour salle de bain

Les parquets en bois exotique, naturellement résistants à l'humidité sont les plus adaptés dans une salle de bain. Parmi les plus connus : le teck,  le merbau, le doussié, le wengé, le bambou...

Toutefois, les bois européens traités pour résister en milieu humide sont aussi très performants. On trouve facilement des parquets en frêne, hêtre, pin maritime, épicéa ou peuplier.

 

 

EN savoir plus :

- http://www.linternaute.com/bricolage/revetement-sol/dossier/bien-choisir-son-parquet/quelle-technique-de-pose-adopter.shtml

- http://www.linternaute.com/bricolage/revetement-sol/dossier/bien-choisir-son-parquet/quel-type-de-parquet-choisir.shtml

- http://parquet.comprendrechoisir.com/comprendre/parquet-essentiel

Isolation thermique : Oise 60, Paris 75, Seine et Marne 77, Yvelines 78, Val d'Oise 95 Garanties et partenaires Construction maison extension bois : Oise 60, Paris 75, Seine et Marne 77, Yvelines 78, Val d'Oise 95